JIM JONES & THE RIGHTEOUS MIND
DIRTY DEEP
jeudi 19 novembre 2020 20H
Gratuit
Complet
Report du concert du 9.04
Les billets restent valables

Tarifs :
Prévente 8€
Réduit 5€
Hors frais de location éventuels
Gratuit pour les abonnés
(billet à retirer en ligne ou à la Nouvelle Vague muni de votre n° d'abonné, dans la limite des places disponibles)

JIM JONES & THE RIGHTEOUS MIND ROCK / LONDRES

Dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation du COVID 19, le concert prévu le 9 avril 2020 à la Nouvelle Vague est reporté au jeudi 19 novembre.
Les billets déjà achetés restent valables pour cette nouvelle date.

Suite à l’instauration du couvre-feu pour lutter contre la propagation de l’épidémie de COVID-19, le déroulement de cet événement sera modifié. Nous actualiserons les informations pratiques à l’approche de la date. Merci d’avance de votre patience et à bientôt !

Le nouveau groupe de Jim, JIM JONES & THE RIGHTEOUS MIND est la continuité de Jim Jones Revue, avec de la contrebasse et steal guitare, dans un registre plus émotionnel mais toujours vigoureux pour mettre le charisme de Jim encore plus en évidence. De quoi rêvent Jim Jones et ses nouveaux copains les Righteous Mind ? Certainement de choses bien rock ‘n’ roll. Le hurleur n’a rien perdu de la verve qui l’habitait précédemment. Musicalement, on estmaintenant dans du gros rock tendance noisy, avec des tempos bien plus plombés !

Tous les concerts auront lieu dans la grande salle, assis, masqués, avec sens de circulation et distanciations sociales règlementaires, dans une configuration de 300 places assises – au lieu des 920 habituelles – afin de respecter le protocole sanitaire en vigueur et de préserver la sécurité de toutes et tous.

DIRTY DEEP HEAVY BLUES / STRASBOURG

D’abord projet solo de Victor Sbrovazzo (guitariste, harmoniciste et chanteur), Dirty Deep est devenu un duo avec l’arrivée du batteur à la frappe musclée, Geoffroy Sourp. Depuis 2016, les effectifs ont triplé avec Adam Lanfrey (basse), échappé comme Geoffroy du conservatoire de Strasbourg. Tour à tour poisseux comme une ballade dans le bayou par un soir d’été, rageur comme un blues révolté, brûlant comme un gospel du diable, c’est le genre de cocktail entêtant alliant force, mélodie et énergie qui ne se consomme que sans modération.