Festivals
28.04.2021

Les dessous des affiches des festivals de La Nouvelle Vague • La Petite Vague

Entretien avec Julia Wauters
AUTEUR (S) : La Nouvelle Vague
PHOTOS : Julia Wauters

À chaque temps fort de La Nouvelle Vague, une identité dédiée. Pour créer l’univers visuel de nos différents festivals, nous faisons régulièrement appel à des artistes et graphistes. Zoom sur notre collaboration avec Julia Wauters pour le festival jeune public La Petite Vague depuis 2016.

Peux-tu te présenter ?

Je suis autrice-illustratrice depuis une dizaine d’années, issue des arts décoratifs de Strasbourg, et je réside à Nantes. J’ai depuis mes études une passion pour l’image imprimée et pratique la sérigraphie dès que je peux. Selon les jours, je navigue entre édition jeunesse, communication, expo, ateliers… Je viens d’emménager dans un tout nouvel atelier, Projeta, avec un grand atelier de sérigraphie et 10 illustrateurs et illustratrices sérigraphes.

Comment as-tu élaboré l’affiche de la dernière édition de La Petite Vague ?

Depuis le début de mon travail pour La Petite Vague, il y a ce petit chat blanc, héros/héroïne. Chaque année il change de décor et d’univers, et pour cela je pars toujours des ingrédients de la programmation (personnages, objets présents dans les spectacles). Comme dans toutes les collaborations qui durent d’une année sur l’autre, l’affiche se pense aussi en contrepied avec celle de l’année passée, nous veillons avec Solène Ouillon, à changer les ambiances colorées, les cadrages.

Quelles sont tes techniques de travail ?

Je fais d’abord une esquisse rapide à l’ordinateur pour poser une composition globale, des masses colorées. Puis, lorsque nous sommes d’accord, je dessine tout au pochoir, en noir et blanc et passe en couleur sur Photoshop.

Tes sources d’inspiration ?

Nous baignons dans un monde d’images (merci Instagram) et nombre de mes ami·e·s sont de talentueux·ses illustrateurs et illustratrices dont le travail m’inspire quotidiennement… Mais sinon : j’aime depuis très longtemps l’économie de moyens de vieilles illustrations russes des années 30. D’une manière générale, les techniques d’impression (sérigraphie, letterpress, riso, offset…) me donnent envie de faire des images en essayant de tirer parti des forces propres à chacune !

Peux-tu citer quelques unes de tes références ?

J’ai adoré faire l’affiche de SOY (avec Samuel Jan au graphisme), un festival nantais qui n’existe plus (malheureusement !) et je travaille régulièrement et avec plaisir pour le Lieu Unique, à Nantes aussi : une fois pour Atlantide, le festival littéraire, et depuis 3 ans pour Question d’Éthique, un cycle de conférences sur des thèmes variant chaque année. C’est toujours assez fou de pouvoir voir ses affiches dans sa ville ! Sinon, j’ai travaillé pour la Philharmonie, l’abbaye de Fontevraud (pour qui j’ai créé un leporello autour de noël), Allotropiques, un festival de musique dans des lieux atypiques à Tours… Et puis j’ai eu la chance récemment de sortir de la 2D papier et d’investir un espace au Cyel (La Roche-sur-Yon) lors du cycle Illumino initié par Anne Cadiou : une carte blanche en forme d’un espace de 30m2 où j’ai pu peindre en grand, concevoir et construire un paysage interactif. J’ai beaucoup appris.

J’aime depuis très longtemps l’économie de moyens de vieilles illustrations russes des années 30.

Pour quel·le·s événement / lieu / occasion / pochette d’album… rêverais-tu de te voir confier l’identité visuelle ?

Difficile de choisir ! J’aimerais beaucoup travailler avec un label musical dont j’aime la ligne, Morr Music par exemple ! La pochette vinyle est un bel espace à investir surtout si la musique de l’artiste résonne particulièrement. J’aimerais beaucoup travailler sur une pochette de Molly Nilsson par exemple ! Sinon je rêve de faire une affiche pour un spectacle de danse : ce sont presque toujours des photos, ce serait un joli défi.

Quelles sont tes actualités ?

J’ai fait les illustrations d’un recueil de belles nouvelles à paraître en octobre chez Gallimard : L’Homme à l’oreille coupée de Jean-Claude Mourlevat. Et si tout se passe bien, on pourra voir mes dessins en très (très) grand sur la façade du Cyel cet automne. A part ça, il  me tarde de retravailler sur un album jeunesse… mais ça va venir !

PROGRAMMATION DE LA PETITE VAGUE 2020

10.05.2020 • LA POUET FORAINE
16.05.2020 • O(H)M TRITURATEUR SONIQUE
17.05.2020 • ALLO COSMOS – reporté au 28 octobre 2020

Edition annulée en raison de la crise sanitaire